Assistante Maternelle Bruyeres et Montberault
Bienvenue sur Assistante Maternelle Bruyères et Montberault.
Ici pas d'obligation de venir tout les jours .
Ici tu est chez toi , installe toi confortablement et parcourt tout le forum .
N'oublie pas de lire quand mêmes le règlement
http://kikoue.forumpicardie.com/t72-les-regles-du-site
et de te présenter .
http://kikoue.forumpicardie.com/f1-la-presentation-c-est-ici
Cordialement l'équipe administrateur du forum


Notre metier
 
AccueilMon portailleFAQS'enregistrerConnexion
Bonjour  Invité merci  de nous rendre une visite

Partagez | 
 

 papa et maman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kikoue
Administrateur et modérateur
Administrateur  et modérateur
avatar


MessageSujet: papa et maman   Ven 27 Mar - 14:16

[color=blue]
Pour papa et maman :

Même si je ne suis pas très content, habituez-moi à m'endormir dans mon lit, cela sera moins douloureux « là-bas » !

Lorsque je suis éveillé, ne me portez pas toujours, installez-moi sur le tapis d'éveil ou dans mon transat, toujours avec un adulte à portée de voix, mon assistante maternelle n'a que deux bras pour tous les enfants...

Prévoyez le même biberon et la même tétine qu'a la maison, cela me fera une nouveauté en moins.

N'oubliez pas d'apporter un vêtement avec l'odeur de Maman, et quelques objets à mettre dans mon lit afin que je connaisse les lieux (tour de lit, doudou, petite peluche, musique etc …)

Expliquez moi ma nouvelle vie et surtout arrivez bien a l'heure, je n'ai pas la notion du temps mais je sais quand Maman n'est pas là depuis très longtemps.

Même si vous êtes inquiets, ne me le montrez pas, j'aurai encore plus de mal à m'habituer.

N'oubliez pas d'apporter ma turbulette, je me sentirai chez moi bien emmitouflé à l'intérieur et « comme à la maison »

Ne partez pas en catimini, j'ai besoin d'entendre que vous partez...et que vous allez revenir.

Au retour, échangez entre vous, cela me rassure d'entendre vos paroles calmes et agréables.

Une fois à la maison, passez un moment avec moi, j'en ai besoin, la soupe attendra.


Parlez-moi encore et dites-moi que vous m'aimez, et ne craignez rien, je vais m'attacher à « elle », mais elle ne vous remplacera jamais, je sais très bien faire la différence ![/color]





Dernière édition par kikoue le Sam 17 Oct - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://kikoue.forumpicardie.com/forum
kikoue
Administrateur et modérateur
Administrateur  et modérateur
avatar


MessageSujet: Bien accueillir bébé pour maman et papa   Sam 11 Avr - 15:41

Il vous faut rapidement trouver vos marques l’arrivé de votre enfant dans la maison ne doit pas être synonyme de révolution, malgré le fait que votre enfant tiens farouchement à ce faire une place parmi la famille il faut l’aidé à trouver ses repères au seins de la famille. Chacun doit apprendre à ce connaître, et à se supporter… papa aimerais plus de disponibilité de sa femme, il n’y en a que pour le bébé… les plus grands enfants sont un peu jaloux et ils se sentent un peu délaissé. Chacun doit faire attention à l’autre faire des efforts pour l’harmonie de la famille, ne délaissé personne et surtout faire participé tout le monde à l’accueil du bébé. L’arrivé d’un enfant est toujours un grand changement dans les habitudes de chacun, une évolution, un nouveau mode de vie ou l’enfant doit se faire une place et le reste de la famille lui en laissé une.

Quelques conseils pour bien accueillir le bébé :

- Demandez à papa de bien préparer au préalable la chambre de bébé, monter le lit, la table à langer de bébé, et tous le nécessaire (toilette, couches etc.)

- Organisez vous bien pour qu’il n’y est pas de tension, ni de temps perdu, ce qui évitera les moment de panique et les crises de nerfs, faites participer tous le monde, à chacun son rôle, papa range, et les grands enfants rendent des services à leur maman. En ce sentant concerné les grands enfants seront moins jaloux.

- Ne délaissé pas les autres enfants, même si vous êtes fatigué « papa et maman » il faut surtout prendre soins des autres au risque de le payer très chère les crises de jalousies sont tés difficiles à géré et risque de vous compliquez la tache avec vos enfant et votre bébé. Il est important d’expliquer aux plus âgés des enfants que bébé n’est pas la pour le remplacer ou pour lui faire de l’ombre.

- Préparer le coin de bébé aussi bien dans sa chambre que dans la salle de bain.

- Préparer la nuit : quand tout est bien rangé les choses sont plus rapide, et les coupures nocturne pour nourrir bébé moins contraignante (les biberons sont prés pour la nuit, le siège de la tété au bon endroit ou les couches et les lingettes…) organisez-vous !!! Pour vous et aussi pour le confort de bébé.

- Vous êtes débordé par votre enfant n’hésitez pas à demander de l’aide, la famille, voir les amis peuvent vous suppléer un break de temps en temps vous permet de décompresser et de reprendre des forces car s’occuper d’un enfant n’est pas de tout repos.
-
Pour les papas

Apprendre à s’occuper de bébé

Apprendre à s'occuper de bébé - Les futurs papa Souvent les jeunes papas ont peur de s’occuper de bébé car ils n’ont pas assez confiance en eux, ils craignent d’être maladroit, de ne pas savoir comment s’y prendre.

Surmontez ces craintes et lancez-vous : être parent ne s’apprend que sur le terrain. Il est évident que vous ferez des erreurs, il en est de même pour la maman. Tout le monde en fait, et c’est normal car un bébé n’est pas une science exacte, c’est un être humain unique qui a des besoins propres.

Ce n’est que pas à pas que vous apprendrez à connaître et à comprendre votre bébé, et que vous ferez de moins en moins d’erreur. Plus vous passerez de temps avec votre bébé, plus vous serez sensible à ses besoins ; occupez-vous en donc autant que possible, dès la naissance
.

------------------------


  • le plus beau cadeaux c'est le sourire d'un enfant
    A toi mon amie kikoue A tu compris que j’ai compris que tu n'avais pas compris ce que moi j’avais compris, mais que ta toujours pas compris que j’avais compris etc.

    Coucou kikoue passe un moment avec nous bisou amikale





Revenir en haut Aller en bas
http://kikoue.forumpicardie.com/forum
kikoue
Administrateur et modérateur
Administrateur  et modérateur
avatar


MessageSujet: L’autorité   Ven 17 Avr - 9:10

Un enfant agit par curiosité. Sa soif de connaître va l’amener à faire toutes sortes de bêtises car ses pulsions se succèdent sans ordre.

« Il est interdit d’interdire » ce slogan de mai 68 a contribué à rendre l’éducation moins répressive et plus ouverte mais il a également fait naître des désillusions. Ne pas poser d’interdit n’est-ce pas livrer l’enfant à lui-même et nier notre rôle d’éducateur ? Aider un enfant à grandir, c’est pouvoir lui dire non, c’est ne pas cédé à tous ses désirs. Un monde sans limites, sans interdits, est comme un vaste gouffre dans lequel l’enfant peut se perdre.

Tous les interdits n’ont pas la même «valeur ». Certains fondent l’humanité, ce sont les interdits fondamentaux : les interdits de l’inceste, du meurtre et du cannibalisme, sans eux il n’y aurait pas de vie sociale. Ces interdits devront être formulés, bien sûr il est préférable de laisser à l’enfant le temps d’exprimer ses désirs, mais il comprend très tôt, il ne faut donc pas essayer de le leurrer. Il faut lui dire que c’est interdit non pas parce qu’il est trop petit mais parce que c’est interdit pour tous, enfant et parents.
Dans le cas de l’inceste, dès que l’enfant manifestera le désir de se marier avec son papa (ou sa maman), l’enfant devra s’entendre dire : « Tu ne peux pas épouser ton papa (ou ta maman), ni maintenant, ni plus tard ».

Nous devons répondre aux besoins de l’enfant mais pas à tous ses désirs. Le désir naît de la frustration et il fait vivre. Il doit pouvoir être dit et être reconnu. Si nous anticipons tous les désirs de l’enfant, il ne sera jamais frustré. Il n’aura pas le temps de désirer, de manquer, il ne connaîtra pas ce petit temps pendant lequel tout enfant éprouve une petite insatisfaction. De cette absence de manque, de frustration naîtra l’angoisse. C’est le manque qui permet à l’enfant de progresser et de devenir «un individu » (de ne plus être dans un état fusionnel de totale présence).

« Non » c’est le heurt avec la réalité et un enfant est tout à fait capable de comprendre une interdiction si on lui explique pourquoi son désir n’est pas satisfait. C’est la parole qui donne un sens à l’interdit. Le jeu désir/interdit, posé à bon escient, aide l’enfant à grandir et à se structurer.
Il ne faut pas punir systématiquement un enfant qui brave les interdits autres que les interdits fondamentaux, il faut tenir compte de son âge et de son développement. Il faut faire la part des choses entre l’autonomie nécessaire qui permet à l’enfant de progresser et le danger qui constitue une menace pour sa vie ou celle d’autrui.
L’enfant veut vivre ses propres expériences et quelle joie, quel enrichissement d’y arriver ! Cela lui permet de poursuivre, d’aller plus loin. Un enfant à qui on veut tout éviter sera sûrement plus malheureux que si on lui laisse vivre des expériences qui vont, certes, le faire souffrir mais qui seront source d’apprentissages pour lui.
A trop étouffer les désirs, trop brimer, trop interdire, on fait naître l’angoisse.
Les interdits devront donc évoluer au fur et à mesure que l’enfant grandira.

Notre rôle est d’aider un enfant à établir une hiérarchie dans ses désirs et lui permettre ainsi d’évoluer.

Faut-il exercer son autorité :

- Quand un enfant dit «non » ?
- Quand il refuse de manger ?
- Quand c’est l’âge du «moi tout seul » ?
- Quand c’est l’âge ou il aime dire «non » avant de dire «oui » ?

Dire «non » c’est structurant, cela aide à grandir, à mettre des limites par rapport à l’autre. Si l’enfant dit «non », c’est peut-être tout simplement parce qu’il veut le faire tout seul.

Exercer son autorité pour qu’un enfant soit propre alors qu’il n’est pas prêt peut causer de graves dommages. Il faut attendre que la motricité fine soit achevée (qu’il arrive à sauter à pieds joints, vers deux ans), l’enfant deviendra alors propre tout seul.
Exercer son autorité pour qu’il mange, alors que nous savons qu’un enfant qui va bien ne se laisse pas mourir de faim. L’enfant mange selon ses propres besoins mais il refuse de se laisser gaver.

L’éducation ne doit pas consister seulement à frustrer l’enfant, car alors elle devient traumatisante et l’empêche d’éprouver le plaisir de «faire ». A part les interdits fondamentaux, toute règle est relative ; un enfant qui négocie n’est pas nécessairement désobéissant.
Nous avons le devoir d’éduquer nos enfants, pas de les soumettre à nos lois et à nos désirs. Il ne faut pas être trop autoritaire. L’enfant a besoin de rivaliser avec l’adulte, de s’affronter à lui. Ainsi il affirme ses différences. Si nous acceptons cette rivalité, nous aidons l’enfant car l’expression de cette rivalité permet à l’agressivité et aux mécanismes d’identifications de se mettre en place.
Il faut des limites mais des principes trop rigides, c’est ridicule. Des punitions trop fréquentes peuvent amener l’enfant à craindre ses parents au point de mentir, de commettre des actes graves ou de se mettre en situation dangereuse.

Exiger d’un enfant qu’il obéisse à une consigne, comme s’il était un automate, peut être dommageable pour lui, mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien lui demander ou céder à tous ses désirs et ne jamais lui dire non, l’enfant est membre de la famille comme les autres. Pour dire non à un enfant, il est nécessaire de savoir ce dire non à soi-même, quand on a envi de le croquer, de le dévorer de baisers, de tout faire à sa place ; lacer ses chaussures, couper sa viande, répondre pour lui. L’enfant ne doit pas vivre sa vie par procuration, étouffé par le désir de l’adulte.

Une punition est une sanction à une faute. Elle marque de la part de l’adulte qui la donne, qu’une limite a été franchie. Elle peut servir aussi parfois à calmer l’enfant lors d’une colère. Le but n’est pas de mortifier l’enfant ni de l’humilier mais de l’aider à comprendre ce qu’il a fait de mal et à le soulager de sa faute. Une punition qui a du sens aux yeux de l’enfant, qui a une valeur pédagogique, doit être immédiate et ne pas l’humilier devant les autres. Les punitions comme les interdits doivent donc être donnés avec sens et mesure, quand la discussion ou l’explication n’aboutit pas.
La punition ne doit donc ni être violente ni être sadique, elle doit être «juste ». Quand la punition est juste et pas trop sévère, l’enfant l’accepte et reconnaît l’avoir mérité. Elle le soulage d’une tension trop vive et lui permet de ne pas se morfondre en se sentant coupable. L’enfant peut alors «oublier » son acte. Il sera soulagé qu’on le punisse : il a fait une faute, il est puni, on peut lui proposer une réparation et on n’en parlera plus. Mais à l’inverse ne pas punir, ne jamais imposer de limites, peut mettre l’enfant en grande difficulté. Il ira de bêtise en bêtise, précisément parce qu’il cherche un cadre et des limites. Il en a besoin, sans quoi il sera désorienté.

Les punitions lorsqu’elles sont toujours des fessées ou des coups relèvent plutôt de la maltraitance, et sont à proscrire. On évitera aussi d’accompagner la sanction de paroles blessantes (Tu es idiot ! Tu es méchant ! ).

Pour se développer sainement, l’enfant a besoin, plutôt que de punition, d’une «discipline continue » donnée par les parents qu’il peut aimer ou haïr. L’important pour lui est qu’il ait confiance, qu’il puisse compter sur eux, tout en sachant qu’il peut se mesurer à eux, en les défiant.

L’alternance punition/récompense pour obtenir de l’enfant qu’il obéisse est plus de l’ordre du dressage que de l’éducation. On assiste parfois à des pratiques de dressage dit «comportementaliste », du même type que celui qu’on utilise pour dresser un animal. Certaines théories du comportement affirment en effet qu’on peut amener un individu à se corriger par un système de punition/récompense. De telles pratiques nuisent au développement de l’enfant car elles le placent au rang d’un animal domestique, et risquent de le maintenir dans un rapport d’assujettissement à un «maître ». Ces pratiques représentent un grave danger pour l’enfant.


Conclusion :

« Etre parent, n’est pas facile ». Mais être enfant n’est pas simple non plus.

Pour comprendre les réactions de nos enfants, rappelons-nous nos souffrances, nos peurs, nos besoins, nos désirs ; rappelons-nous quelles réponses nos parents nous ont apportés, ce qu’on a pu nous dire ou nous taire et comment tout cela influe encore sur nous, après tant d’années.

Etre parents c’est aussi transmettre une histoire, celle de sa famille et pouvoir dire ce qu’on a vécu de douloureux, pour que cela ne se perpétue pas.

Parler à l’enfant, être cohérent, n’est pas toujours aisé dans la vie de tous les jours. Mais si nous prenons le temps de réfléchir aux paroles que nous lui avons dites, de réfléchir à la place qu’il occupe pour nous dans notre famille, nous pouvons être amenés à modifier notre attitude à son égard. Parce qu’il n’y a pas qu’une seule façon d’être, ni qu’un seul modèle, il n’y a pas une bonne ou une mauvaise façon d’être parents.

------------------------


  • le plus beau cadeaux c'est le sourire d'un enfant
    A toi mon amie kikoue A tu compris que j’ai compris que tu n'avais pas compris ce que moi j’avais compris, mais que ta toujours pas compris que j’avais compris etc.

    Coucou kikoue passe un moment avec nous bisou amikale





Revenir en haut Aller en bas
http://kikoue.forumpicardie.com/forum
kikoue
Administrateur et modérateur
Administrateur  et modérateur
avatar


MessageSujet: Les 10 conseil pour bien s'occuper de bébé   Sam 2 Mai - 10:11

Pour avoir accer au document , cliquer sur le lien suivant
conseil pour les assmats et les parents.pdf
http://www.cijoint.fr/cjlink.php?file=cj200905/cij1s9xNfz.pdf

------------------------


  • le plus beau cadeaux c'est le sourire d'un enfant
    A toi mon amie kikoue A tu compris que j’ai compris que tu n'avais pas compris ce que moi j’avais compris, mais que ta toujours pas compris que j’avais compris etc.

    Coucou kikoue passe un moment avec nous bisou amikale





Revenir en haut Aller en bas
http://kikoue.forumpicardie.com/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: papa et maman   

Revenir en haut Aller en bas
 
papa et maman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RDC : l'Évangile selon Papa et Maman Olangi
» votre enfant vous demande: comment on fait les bébés ?
» la galère fesses-dents continue : help
» Papa et Maman se marient le 16 août 2014 !
» Quand Papa et Maman ne sont pas d'accord...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assistante Maternelle Bruyeres et Montberault :: Tout sur l'eveil des enfants :: Tout sur les bébés et enfants-
Sauter vers: